Les Terres de Neïdrilh
Bonjour à toi, ô nouvel arrivant ! Tu viens d'arriver sur les Terres de Neïdrilh, un monde où se mêlent créatures fantastiques et terrifiantes, une certaine magie et des paysages fascinants... Ambiance conviviale et nouvelle intrigue lancée, n'hésitez pas à venir faire connaissance et à vous lancer dans cette aventure extraordinaire.
Bienvenue et bon jeu parmi nous !



 

Partagez|

- Dix solutions - ( Dwelihar / Earombor )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Parchemin d'identité
Race: Métisse
Profession: Baroudeur - Spadassin


MessageSujet: - Dix solutions - ( Dwelihar / Earombor ) Mar 26 Fév - 14:26

Il y eu tout d'abord un fracas puissant. La porte de l'Auberge venait de s'ouvrir bien largement et le battant marqua son heurt sur le mur de la mansarde. Cette entrée expéditive, c'était celle d'un rustaud plutôt bien charpenté qui venait de traverser l'embrasure sans passer par les conventions habituelles. Bien qu'il eut frappé sur la cloison ... Avec le sommet de sa grosse tête.
S'affalant lourdement sur le plancher poussiéreux de cette hostellerie de campagne, qu'on aurait tout aussi bien pu qualifier de repaire à gueux, ce "Bélier de fortune" toussa haut et fort, soulevant dans ses expectorations quelques volutes d'escarbille. Prostré comme un dévot priant on ne sait quelle déité, les bras étendus devant lui et la croupe relevée, l'hôte jura et grommela :

" Si j'te mets la main d'ssus, je te sèche sur une branche ! "

La réponse vint bien vite, la silhouette du demi-elfe se découpa dans les halos orangés, projetés par le soleil descendant, lueurs mourantes d'une fin d'après-midi. On vit bien vite la jambe du croisé se redresser, s'élancer souplement dans la formation d'un arc parfait. Sournoise attaque qui amena la semelle du Mercenaire, estampiller le fessard gras du Bûcheron, dont le visage se para d'une teinte oscillant entre le rouge et le pourpre. Les yeux désormais exorbités, le bougre se releva d'un bond avant de se ruer vers le comptoir où il attrapa la première babiole venue, en l'occurrence une pinte vide qu'il lança en direction du Bretteur. Un lancé approximatif puisque le boque de ferraille vint se bosseler sur le mur dans un tintement significatif. Glas de son humiliation sans doute.
Le second jet fut cependant bien plus efficace, un gallon d'on ne sait quel tord-boyaux. Si puissant que ses seules fragrances pouvaient amener à l'ivresse. De l'alcool de contrebande somme toute, distillé et coupé avec tous les poisons que comptaient ce monde. Un objet se maîtrise mais les caprices de la gravité et de l'inertie sont des fléaux bien spécifiques, le récipient au doux elixir asperga une large zone de fiel avant d'exploser contre le mur. Exposé à cette vague méphitique, l'Epeiste se retrouva aveuglé et étourdi ... Bigre quel coup du sort, la Fortuna avait un sens de l'humour assez singulier. La mâchoire crispée, à présent vouté, Earombor tâcha de se fier à ses ouïes pour ne pas être pris au dépourvu. Trop tard.
Le mastodonte chargea, il l'entendit à son souffle de boeuf couplé aux heurts puissants de ses pas sur le plancher et n'eut pas plus le temps de défourailler que d'accuser le coup. Il chuta avec son assaillant au sol, repliant son genou sous son torse ... Il déplia bien vite pour rééxpedier le bipède dans la poussière. Les iris rougis par l'aisin qu'il s'était pris dans le tarin, le Bâtard hocha la tête, distinguant maintenant vaguement les formes et silhouettes. De nouveaux simulacres d'ailleurs, ou peut-être voyait-il double ?
Le problème avec l'intimidation d'un ouvrier de scierie, c'est qu'il a bien souvent l'appui de ses camarades. L'entrave avec le monde rural, c'est que les bouseux n'apprécient pas spécialement les étrangers ... Il y avait donc une douzaine de coqueberts à dresser et à l'ancienne. Même si ce concile avait pour habitude de régler ses affaires à mains nues, le port d'arme du Métis risquait fort de devenir un fâcheux désavantage. La soirée partait plutôt mal, mais le 'Baron' ne se démonta pas une seconde, il lissa sa chevelure d'airain, la plaquant en arrière avant de baragouiner :

" Approchez les gueux, j'vais vous renvoyer dans la fange et le fumier aussi vite que vous en êtes sortis ! "

Il fallait le reconnaitre, il ne payait pas de mine et avait les jambes encore flageolantes. Ou peut-être était-ce une insidieuse feinte ... Allez savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: - Dix solutions - ( Dwelihar / Earombor ) Jeu 28 Fév - 13:39

Le hasard de la vie et ses vicissitudes avaient conduit le mercenaire jusqu'à cette petite bourgade réputée pour son exploitation exhaustive du bois. La journée s'achevait doucement lorsqu'il franchit le petit pont qui menait à l'auberge. Un établissement a priori fort fréquenté et populaire pour tous les culs terreux du coin. La modeste bâtisse était sans doute ce qui se faisait de mieux dans le coin en matière de ripaille et beuveries. Rien à voir cependant avec ce que le grand rouquin avait eu l'occasion de connaitre dans les villes plus importantes. Cela dit ce n'était pas pour lui déplaire, ce genre de trou campagnard distillait en lui quelques réminiscences d'une lointaine enfance. Ainsi c'est sans se leurrer sur la qualité, tant de l'alcool que de la mangeaille, mais avec un sourire nostalgique peint sur sa face avenante que ce grand nigaud franchit le seuil de l'établissement.

L'intérieur était éclairé de quelques grappes de bougies bien entamées de-ci delà, la crasse des fenêtres empêchant les rayons des soleils de dissiper convenablement la pénombre des lieux. La large salle principale baignait dans un brouillard de fumée mêlée de poussière. L'air y était chaud et aurait été étouffant si la circulation régulière des clients ne laissait pas pénétrer un peu de l'air frai de cette fin de journée. Après avoir pris commande d'une assiette de viande garnie de quelques patates bien fumantes et de trois pintes de bonne brune, Dwelihar alla s'installer un peu à l'écart des tablées peuplées, dans l'attente de son repas.

Il avait fini sa gamelle et entamait tout juste sa troisième pinte lorsque le chahut retentissant d'une querelle vint perturber le calme relatif ambiant. Une grosse barrique au front rougit et gonflé proférait des menaces à un homme qui rappelait étrangement quelque chose au reître. Une drôle d'impression de déjà-vu s'imposait dans son esprit. Ce botteur de séant lui était définitivement familier. Sa chope à la main il contemplait la querelle de ces deux fauteurs de troubles avec amusant. Son gras et franc rire tonna dans la vaste salle lorsque le plus balourd des deux roula risiblement sur le parquet gris de poussière. Il accompagna son hilarité d'un applaudissement bruyant de ses grandes paluches. Ce n'est que lorsque onze autres rustauds apparurent face à l'adversaire du premier que Dwelihar reconnu enfin cet étranger qui l'intriguait tant. Un ancient compagnon de lame, et lequel par les dieux !

- Earömbor ! Vieille canaille métisse ! Par les couilles de Kossath, bon sang qu'est ce 'tu fou là ?!

Le baroudeur roux s'était levé et avancé les bras grands ouverts, la chopine toujours en main, vers ce vieux compère retrouvé. Sans aucune attention à l'air aussi méfiant qu'étonné du troupeau de mufles bourrus qu'il venait de traverser, la grande tête brûlée à la figure enjouée asséna une franche tape, du plat de son battoir qui lui servait de main, dans le dos du bretteur. C'est alors, étourdi qu'il était, qu'il se rendit compte de la situation.

- Oh, merde, j'interomp ta discussion avec ces messieurs. Permets que j'participe à tes efforts diplomates.

Un rire bêta, "hé hé" simplet, vint ponctuer la proposition. Affirmation plus que proposition à vrai dire. Les autochtones s'étaient disposés en cercles de gros, grands et gras barbus tout autour d'eux. À présent dos à dos avec son ancien compagnon d'armes, Dwelihar dévisagea rapidement les six Ruraux en colère qui lui faisaient face.

Un lourd crachat protéiné plus tard, le mercenaire envoya le liquide brun de sa pinte à moitié pleine droit vers le regard idiot de l'un de ses adversaires qui se retrouva momentanément aveuglé. Pendant ce temps le métal de sa chope vint s'écraser sur le large museau de son plus proche voisin, l'envoyant choir sur le sol. Le bogue d'étain sonna ensuite les cloches de l'aveuglé qui chut sur son charnu fessier. Tandis qu'un poing pesant percutait sa broigne sur son côté, Dwelihar fracassait la mâchoire d'un autre assaillant du revers du coude. Puis, alors que l'un des lourdauds, celui au nez sanguinolent, se relevait, un autre envoyait un tabouret sur le reitre qui eut tout juste le temps d'accuser le coup. Les bras de l'imposant rouquin, meurtris par le meuble, saisirent un nouvel opposant à la taille et le fils de forgeron le précipita contre un mur avant de ponctuer l'échange d'un fracassant baisé de son crâne contre le front crasseux du malheureux coupeur d'arbre. Le turbulent et néanmoins joyeux pugiliste, tenant fermement dans sa poigne la fragile virilité d'un mastodonte suppliant, se tourna vers son comparse, le sourire aux lèvres.

- ça f'sait une paye hein !

-------------------------------------

Dwelihar's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Parchemin d'identité
Race: Métisse
Profession: Baroudeur - Spadassin


MessageSujet: Re: - Dix solutions - ( Dwelihar / Earombor ) Mar 5 Mar - 19:43

- Toujours dans la nébuleuse, le cosmique plan de l'aisin ou la Déité des alcools les plus infâmes régnait, le Bâtard mit un temps infini à prendre conscience qu'il n'était pas seul face à l'ost de défroqués. Mais cette faiblesse pouvait tout aussi bien devenir une force, il vit bien la haute silhouette de Dwelihar, mais elle n'était qu'un simulacre flou fondu dans la masse. Quand l'agitation vint à naître, il secoua énergiquement la tête, sans doute dans l'espoir de recouvrer ses esprits. Cela fonctionna mais sa première vision fut un poing grandissant, celui qui vint s'abattre sur son oeil. Il avait bien entendu la voix désarticulée du Berseret, s'étendre, se distendre et mourir dans le chahut. Le bourre-pif qu'il accusa cependant ... Fut révélateur. Un éclair divin qui consomma les effets néfastes du venin qui avait alors perlé ses iris aigue-marine :

" Dwel' ... Chiabrena ! Par toutes les mamelles d'Aternalis ! Tu n'arrêteras donc jamais de me surprendre ! Comme tu vois je ..."

- Sur ces mots il esquiva promptement, la seconde palmée de son adversaire avant de venir secouer sa couenne à bout de phalange. Le gueux laissa échapper un souffle poussif avant que son plexus ne soit la seconde cible d'Earombor. Le second, un petit pourceau haletant à la chevelure clairsemée, s'affaira à le frapper dans le dos, à l'aide d'une chaise. Mais il eut le loisir d'humer longuement la chevelure d'Airain du semi-elfe qui venait de reculer pour esquiver un assaut imminent. Il fut gratifié pour son soutient d'une talonnade fort bien placée, celle qui fit bleuir ses gonades comme des mûres.
Son couinement éteint s'éleva dans la mansarde et il se prit les goupillons à deux mains en admirant le parquet, prostré comme le fut son acolyte quelques minutes auparavant. C'est bien ce qui caractérisait le bretteur, les coups chirurgicaux ... A présent au prises avec un gringalet plutôt agile il acheva l'annonce faite à son Bordelier de frère d'armes :

" .. Je disais ... Je parlementais avec un mauvais payeur, il n'aime visiblement pas se faire tirer les oreilles. Inutile de t'inviter à la gigue, tu as pris le coup de main. "

- Constatant que Dwelihar utilisait son front comme arme contondante, il jugea bon de faire un raccord plus thématique :

" Ou de tête. "

- Ricanant bruyamment, rapporté aux évocations des bonnes vieilles incursions et des batailles glorieuses, le Mercenaire se lança avec plus d'ardeur encore dans la lutte. Tout était sujet à compétition entre lui et ce grand gaillard, plus que de savoir qui avait le plus long jonc, il fallait determiner qui avait le plus d'estomac. Surement pas leurs adversaires, ca ... C'était indiscutable. Tenant l'anguille qu'il chassait depuis deux bonnes minutes par l'oreille, il s'affaira à le faire couiner. Tenant son éfflanquée victime d'une main, boutant d'un chassé prompt et leste, le pauvre hère qu'il avait soigneusement castré, il toisait le rouquin du coin de l'oeil. La danse était violente, mais burlesque, le genre de cadre motivant pour une bonne pinte. Les tenanciers désespérés de voir leurs commerce ruinés, assistaient à la scène avec un dépit et une détresse profonde. L'Epéiste gratifia son premier assaillant, revenu d'une petite mort, d'une claque monumentale. Mais ils se relevaient les bougres. Il mit fin aux bélligérances lorsque son fer quitta son écrin dans un crissement évocateur. Tout se figea :

" Tu t'es converti grand corniaud ? Tu es devenu mon paladin attitré ou tu as trouvé du boulot dans le coin ? "

- La lame defeurrée il lorgnait les coqueberts qui ruminaient en silence, les invitants d'un mouvement de tête explicite à quitter rapidement les lieux.-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: - Dix solutions - ( Dwelihar / Earombor )

Revenir en haut Aller en bas

- Dix solutions - ( Dwelihar / Earombor )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» HAITI COMPLOT CONTRE ET POUR LA DERIVE !PATI DE PWOBLEM ET DE SOLUTIONS
» Il n'y a pas 36 solutions
» Qui a crée ces monstres? Les gnbistes/ lavalas ou les deux !
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Neïdrilh ::  :: Forêt de l’Oubli :: Village humain de Milyùm :: Auberge & Maisonnettes-