Les Terres de Neïdrilh
Bonjour à toi, ô nouvel arrivant ! Tu viens d'arriver sur les Terres de Neïdrilh, un monde où se mêlent créatures fantastiques et terrifiantes, une certaine magie et des paysages fascinants... Ambiance conviviale et nouvelle intrigue lancée, n'hésitez pas à venir faire connaissance et à vous lancer dans cette aventure extraordinaire.
Bienvenue et bon jeu parmi nous !



 

Partagez|

Les Métamorphes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Parchemin d'identité
Race: Métisse
Profession: Maître de Jeu


MessageSujet: Les Métamorphes Dim 1 Jan - 19:23


La race des métamorphes est divisée en trois clans :

Câmrân clan des métamorphes terriens, de tous les animaux terrestres. Cité : Idiamanth, dans le Sud. Allié aux humains dans le passé.
Aôdh clan des métamorphes aquatiques, de tous les animaux vivant majoritairement dans l'eau. Village : Chiti, au Centre-Ouest du continent. Clan neutre.
Seosaph clan des métamorphes aériens, de tous les animaux volants. Ville : Yhbi, au pied des montagnes du Nord. Allié aux elfes dans le passé.

Les métamorphes ressemblent étrangement aux humains. D’ailleurs, sous leur forme humaine, n’importe qui pourrait les confondre. Leurs origines et coutumes leurs sont propres. Ils sont très souvent grands, frôlant les mètres soixante-quinze et abordent une musculature importante, qu’elle soit plus ou moins visible. Ces facteurs varient selon le sexe du métamorphe. La longueur ou couleur des cheveux joueront beaucoup sur le physique de la forme animal. Une métamorphe rousse avec des cheveux longs et frisés deviendra une tigresse couleur feu, aux poils angoras et ondulés, ou autre animal de votre choix bien sûr. Le physique humain influera donc sur celui de l’animal, même s’il peut y avoir des signes distinctifs qui n’existeront que sur une seule personne (exemple : tâches sur le pelage, yeux particuliers, etc). La forme animale n'est pas choisie au hasard, elle correspond souvent à la mentalité et au caractère du méta. Les métamorphes se confondent souvent avec les humains même s’ils préfèrent passer des journées entières dans la nature ou dans leurs éléments (eau, air). La liberté les caractérise énormément. Croyant aux esprits plus qu'aux dieux, beaucoup de leurs traditions sont basées sur 7 fondements. Chaque clan à un chef puis un chaman qui interprète les signes des esprits. Les cités des métamorphes aériens sont incrustées dans les roches, les montagnes et se situent dans un lieu à altitude très élevée. Celles des aquatiques se situeront près d’un point d’eau. Fleuves, lacs, mers intérieures ou sources d’eaux seront leurs lieux de bénédiction. Certaines villes peuvent même se trouver à moitié sur la terre ferme et l’autre dans la profondeur des eaux. Enfin, pour les métamorphes terrestres, ils préfèrent évoluer dans de grandes plaines d’herbes vertes, des forêts luxuriantes et des clairières éclairées. Beaucoup d'entre eux se sont sédentarisés avec les années même si certains préfèrent rester nomades et errer entre les multitudes de villes, pays et continents. Ils se nourrissent de tout mais surtout de viandes. Quoique leur forme animale influe légèrement sur leurs goûts et leur alimentation. Au niveau architectural et armement, ils ne sont pas au plus au point de la technologie, et ne le veulent pas. Leurs armes peut-être primaires leurs suffisent, (Conflits non décidés encore)
Leur espérance de vie est à peu près comme celle des humains mais varie légèrement selon leur clan et qu'ils aient choisi de vivre en ville ou en dehors. Les conditions de vie dans la cité d'Idiamath étant optimales, les méta' terriens y vivant peuvent atteindre facilement les 70 ans voire 80 ans. Dans la ville au pied des montagnes du clan Seosaph, la météo plutôt fraîche de cette région abaisse leur espérance de vie qui ne dépasse que difficilement les 70 ans. Les aquatiques vivant sereins et avec une alimentation en général plus saine peuvent atteindre les 80 ans sans problème et aller jusque 90 ans pour les robustes.
Les métamorphes croient en un Grand Esprit qu'il imagine plutôt féminin, Laelith. Celle-ci, de caractère émotif et impulsif, est l'image même d'un esprit sauvage et libre. Les métamorphes croient plus aux esprits à côté et prient leurs ancêtres.
______

La spiritualité des métamorphes est inspirée de celle des amérindiens, voici un récapitulatif plus détaillé (par Elënna Canendíl)


LES 8 FONDEMENTS DES TRADITIONS DES METAMORPHES


I - L’AIR.

L’air, aussi appelé le souffle ou le vent, est sans conteste le premier fondement de cette tradition. Non seulement l’air est partout autour de nous, mais, sans lui il n’y a pas de vie possible. C’est notre premier lien avec l’univers, et c’est le dernier à s’éteindre au moment de notre mort terrestre ; à notre dernier souffle, notre esprit s’envole.

Pour les métamorphes, c’est là, la meilleure preuve que nous sommes une partie, si petite soit elle, de cette chose vivante qu’on appelle l’univers.


II - LES ESPRITS.

Rien ne se perd, rien ne se crée, et c’est la raison pour laquelle les métamorphes croient tant aux esprits des ancêtres qu’ils considèrent, ni plus ni moins, comme étant la semence de notre propre chair. Il importe peu qu’on ne sache pas exactement qui ils sont, d’où et comment ils viennent, ou comment nous les rencontrons ou les ressentons. Ce qui importe c’est, qu’aujourd’hui, ils nous font ressentir leur présence et qu’ils nous guident vers le chemin à suivre. Croire en eux, c’est croire en nous.


III - LES POINTS CARDINAUX.

Les points cardinaux - nord, sud, est, ouest - de même que le haut et le bas, sont autant d’enseignements pour le chemin que nous avons à suivre et les directions que nous avons à emprunter. Les phases du soleil et de la lune et la direction des vents y sont aussi associées. C’est à partir des points cardinaux, des références qu’on y attache, que s’organisent les cérémonies et les rituels qui sont au cœur de la culture et de la tradition.


IV - LA TERRE.

Dans la tradition, nous ne faisons qu’emprunter la terre où nous vivons, laquelle n’appartient de droit qu’au Créateur, appelé souvent L'Esprit Animal, l'Esprit Suprême ou Laelith la Vive. De là, d’ailleurs, l’importance de bien l’entretenir, afin de la remettre, en bon état, aux générations à venir, de façon à ce qu’elles aussi puissent en profiter et la remettre ensuite aux générations qui suivront. Les métamorphes l’appellent la Terre Mère, car elle est la Mère de tout ce qui vit sur la terre.

V - L'EAU.

L'eau est surtout importante chez les métamorphes d'eau. Des légendes disent que les méta aquatiques naissent dans les eaux d'un lac ou dans une cascade. Essentielle à la vie, elle purifie et apporte la calme et la sagesse à ceux qui savent l'étudier et l'écouter. Elle donne vie, nourriture et pureté. L'eau restera éternellement et cette race la protège avec avidité.

VI - LE CYCLE.

Chez les méta, tout est lié de façon circulaire et/ou cyclique. Du moment de notre naissance, à celui de notre mort, nous ne faisons qu’accomplir un parcours qui nous ramène à notre point de départ (de là aussi la notion de l’esprit des anciens qui nous rejoint).

La vie, pour eux, est tributaire du Cercle sacré de la vie, dont elle n’est qu’un élément ; il faut y ajouter la forme et le mouvement de la terre, du soleil, de la lune et autres planètes. Sans compter que tout ce qui est significatif est aussi cyclique ; les jours et les nuits se succèdent, les saisons se suivent et reviennent invariablement, les oiseaux migrent, les poissons fraient ; l’homme n’échappe pas à cette règle : il vit et meurt, et revient en esprit auprès des siens.


VII - LA PRIÈRE.

Les prières des métamorphes sont aussi courtes que simples et elles n’ont pas pour but l’obtention de choses matérielles, de biens, ou même d’un nouvel amour, mais, simplement une bonne santé, une bonne vie. Plus encore, dans cette tradition, on prie d’abord pour les autres, ensuite seulement on prie pour soi ; voilà qui est révélateur de l’interrelation entre les hommes.

D’ailleurs, quiconque enfreint ces règles simples, selon cette même tradition, ne trouve que la mort et l’errance dans un monde vide et stérile, et ce, jusqu’à ce que quelqu’un prie pour lui et sauve son âme.


VIII - LE NOM.

Les métamorphes ne prennent pas les noms à la légère. Il leur est habituellement donné en l’honneur d’un parent ou d’un ami récemment disparu, d’un rêve ou d’une vision, d’une expérience de guerre ou encore par un homme-médecine un chaman ou après une maladie. À l’âge de la puberté, ils s’isolent généralement pour une période de trois à sept jours, sans nourriture et sans eau afin de découvrir quel sera leur nom d’adulte (la quête de vision). Tout cela, parce que le nom, selon cette tradition, leur permettra de trouver leur propre chemin.
________________________________________

Chaque clan a quelques spécificités au niveau de leur croyance en Laelith ; tandis que Seosaph se croit plus proche d'elle car ils se trouvent dans les montagnes, qu'Aôdh pense que la nature entière est sacrée, Câmrân, dans sa cité riche et prospère, se contente d'icônes et de symboles dans les maisons. Voici l'explication de certains détails bons à savoir.


Les rites spécifiques au clan Seosaph :

[justify]La première chose à savoir, c'est que les rites du clan sont très archaïques, primitifs, et peuvent même paraître rustres et cruels. Mais ils font partie intégrante des traditions des métamorphes aériens, prouvant leur courage et leur force face aux rudes épreuves, en accord avec la devise : un Seosaph ne ploie jamais, il déploie toujours ses ailes. Ensuite, ces rites sont très méconnus, car les Seosaph vivent reclus, et personne n'a jamais pu étudier leurs cultures. Ainsi, ces rites ne sont connus que des métamorphes aériens étant nés à Yhbi.

1-La naissance : A la naissance du métamorphe, l'enfant apparaît dans sa forme humanoïde. Ce n'est que plus tard qu'il découvre l'oiseau qui est en lui. Les chamans peuvent faire des suppositions en étudiant le comportement de l'enfant, mais il est rare que ces hypothèses se confirment. Pour célébrer la nouvelle venue d'un membre du clan Seosaph, les deux parents doivent s'entailler la main et s'essuyer leur paumes sur une couverture de plumes, où le bébé a été enveloppé au préalable. Ensuite, une fête est donnée en l'honneur de l'enfant. Le clan étant à un nombre restreint et autarcique, une naissance est vue comme une bénédiction des Esprits. Aux deux ans du métamorphe, l'enfant se fait tatouer à l'encre le signe du clan Seosaph, représentant un oiseau aux ailes déployés, et une montagne. Ce symbole est dessiné entre les deux omoplates, et à l'adolescence, lors que l'enfant a découvert son prénom, celui-ci est ajouté au tatouage. Avant de découvrir leur prénom tout les enfants s'appellent fågel, qui signifie oiseau, ce qui n'est pas très dérangeant étant donné le peu de naissance dans le clan.
Spoiler:
 

2-La mort : Ce rite est particulièrement barbare, mais tout à fait normal pour les Seosaph. Chaque métamorphe possède un esprit qui est enfermé dans la chair. A la mort, ils considèrent que l'esprit est toujours vivant, et que c'est seulement le corps qui n'est plus apte à accueillir l'esprit. Le corps ne peut plus répondre aux besoins de l'esprit. Dans ce cas, il faut dépecer le tronc du défunt pour libérer le cœur de la poitrine, qui représente l'âme, pour que celle-ci rejoigne les autres esprits. Ce dépeçage se fait par le Grand Chaman, tandis que les autres chamans doivent préparer le trou où sera jeté la carcasse inutile, et préparer le feu qui brûlera le cœur. Si le Seosaph meurt en terre autre que celle où il est né, et qu'il n'est pas rapporté, on le considère comme maudit, et prisonnier à jamais dans son corps.

Les lieux sacrés :

Le Pic Lealith : C'est la montagne la plus haute de tous les monts des Esprits Éternels. On lui a donné ce nom en honneur de la déesse. Cette montagne est la plus sacrée pour les Seosaph, car son sommet est au plus près du ciel. C'est là que les métamorphes aériens prennent leurs premiers envols. Néanmoins, il faut savoir que le chemin pour y accéder est extrêmement rude. Plus on se rapproche du sommet, plus la neige devient aveuglante et s'immisce partout pour vous atteindre et vous glacer le sang. Ce ne sont que des pentes glissantes et enneigées, avec des tempêtes qui font régulièrement rage. Dans la roche, des ancêtres y ont creusé une espèce de chapelle sobre et froide. On y laisse des offrandes, ou ses prières les plus chères.



__________________

Les rites spécifiques au clan Aôdh :

Les membres du clan Aôdh sont pacifistes, diplomates, proches de la nature et très solidaires entre eux. Ce sont des rêveurs, des poètes, des artistes, des musiciens plus que des guerriers. Le climat agréable sous leurs arbres, entre la mer et la Grande Rivière qu'ils chérissent, leur profèrent une vie plus qu'idéale. Ils vivent de chasse, de cueillette et de pêche. Pour eux, Laelith est clairement à l'origine de cet agréable rythme de vie et ils ne cessent de la prier pour la remercier du bonheur de leur village. Ils pensent que le Grand Esprit se retrouve autour d'eux constamment, dans chaque brin d'herbe, dans chaque goutte d'eau, dans chaque animal et insecte, qu'elle est omniprésente et les protègent seconde après seconde.

1-La naissance : A chaque naissance, tout le clan est en émoi. On remercie Laelith plus que n'importe quel jour et on célèbre la fécondation du couple. Le nourrisson, jusqu'à l'âge de 13 ou 14 ans, recevra une sorte de nom d'emprunt, jusqu'à pouvoir découvrir son propre nom par lui-même lors d'une période de quelques jours loin du village, seul, dans les alentours de la Grande Rivière ou de la mer. La communauté d'Aôdh étant assez moindre, les naissances ne sont pas des plus fréquentes, et le village entier peut faire la fête jusqu'à une semaine entière. On offre des cadeaux pour les jeunes parents et le bébé. Durant la période où la femme est enceinte, tous se sont mirent à la tâche pour construire une nouvelle demeure adaptée à un enfant. Si le couple, par chance, a un deuxième enfant, voire un troisième, ils resteront tout de même dans la première.

2-La mort : La mort est malheureusement une chose très courante dans ce clan, surtout chez les enfants en bas âge. Leur médecine, quoique très poussée et plutôt efficace à base de plantes médicinales, n'empêchent pas les nombreux dangers que guettent ces membres dont le village se trouvent en pleine nature. Les attaques de fauves, les noyades, les chutes mortelles et ce genre d'accidents sont fréquents. C'est à chaque fois un grand malheur pour la communauté toute entière, qui font de merveilleuses funérailles pour le défunt. On pleure autant un jeune enfant qu'un vieillard ; le premier, car il promettait un avenir au clan, le deuxième car le clan perdait ainsi le savoir et l'expérience de cette personne. Ils placent le cadavre sous des draps décorés sur un radeau de bois ; ils le bénissent avec l'eau de la Grande Rivière avant de laisser partir le corps sur sa surface. Suivant le courant qui va inexorablement vers le Sud, le radeau finira à la mer, là où Laelith récupérera son âme auprès d'elle. Si ce rite n'est pas fait, l'âme ne peut rejoindre Laelith et errera dans la Forêt de l'Oubli, espérant que le Grand Esprit le trouve et l'accepte. Si ce rite n'a pas le temps d'être exécuté, on peut tout simplement jeter le corps dans le fleuve dans l'espoir qu'au lieu de couler, il sera transporté vers la mer et ainsi être repris par l'Esprit Suprême.

Les lieux sacrés :

La Chapelle de la Grande Rivière : Même si la nature entière est sacrée, il y a quand même une petite bâtisse sublime en marbre et recouvert de lierre près de la Grande Rivière et du village à la fois. Ils n'y vont pas spécialement prier, puisque pour eux, ils peuvent le faire même devant un arbre, ce n'est pas non plus un symbole spécialement car ils trouvent cela complètement inutile. Eux-mêmes ignorent vraiment son utilité, et tous finissent par dire que c'est le souvenir des débuts de leur clan, où leurs ancêtres eurent besoin d'immortaliser leur foi. C'est donc par respect de ce vestige du passé que personne n'y touche.

__________

Les rites spécifiques au clan Câmrân :

Le clan Câmrân est celui qui a le moins de spiritualité, de contact avec Laelith. Ne priant presque plus, pensant à peine à l'Esprit Suprême, ils vivent confortablement dans le luxe de leur cité et vivent une vie pour la plupart très active. Le seul signe qui montre qu'ils sont encore des croyants tout de même, c'est la présence d'un vase, d'un bocal, d'une jolie coupe en verre ou d'un quelconque autre récipient joliment décoré et transparent où, à l'intérieur, se trouvent du sable coloré, des petites pierres et de la terre. Les plus riches y ont aussi une ou plusieurs pépites, pierres précieuses ou semi-précieuses. C'est les matériaux dont ils seraient issus, grâce au pouvoir divin de Laelith, et le symbole de leur clan.

1-La naissance : La naissance de jeunes métamorphes n'est pas rare, mais est toujours la source d'une heureuse journée de fête. Fête qui se déroule soit à domicile, si les parents en ont assez grande, soit dans le temple le plus proche, en la présence de la famille et des amis des parents. Le couple reçoit des présents et un banquet est mis à la disposition toute une après-midi. On offre au bébé un bracelet d'or, d'argent ou de cuir selon les moyens, sur lequel est gravé son premier nom avant la puberté où il trouvera le sien, le vrai ; plus tard, au verso, on y gravera ce nom-là, ainsi, les deux ne seront jamais oubliés. Ce bracelet est, en général, gardé toute la vie ; certains le transforment en collier, en broche ou en autre chose pour pouvoir l'afficher continuellement. Le perdre n'est pas grave, mais c'est souvent une grande peine.

2-La mort : La mort est une chose très triste pour la famille et les proches. En général, c'est de vieillesse, ou à cause d'une maladie grave, car les dangers au sein de la cité sont rares et les médecins compétents. On place le défunt hors de la ville, dans la plaine Maorh de préférence, là, on chante, en exerçant une sorte de danse assez statique, un ensemble de mouvements, suivant des règles strictes et ancestrales. Les gestes et les mots entonnés d'une certaine façon bien précise est sensés élever l'âme du mort vers le ciel et appeler Laelith pour qu'elle vienne la chercher. Ensuite, le corps vidé de son esprit, on l'enterre au même endroit, dans une grande simplicité. On place dans le trou un bol et quelques pièces de monnaie selon les moyens de la famille ; le bol serait pour partagé avec Laelith l'essence de la vie sous forme de vin, symbole d'alliance, lui assurant sa place auprès d'elle, les pièces de monnaie pour pouvoir les offrir à leurs vieux ancêtres.

Les lieux sacrés :

Les Temples : Ayant une cité vaste et riche, on trouve à Idimanth quatre temples : le Temple du Sud, du Nord, de l'Ouest et de l'Est. Ils sont contrôlés par le Grand Chaman et les quatre chamans, un par temple, s'en occupent et les entretiennent quotidiennement. Ce sont des bâtisses magnifiques, avec des colonnes gravées, de grandes peintures, et dont la décoration est de marbre et d'or ; sa beauté équivaut à celle du Palais lui-même. Quoiqu'assez rares, certains métamorphes y vont encore pour prier et pour certaines célébrations essentielles à la vie des membres.

_______

Les Grands Chamans et Chamans

• Les Grands Chamans sont comme les seconds du clan mais aussi les membres qui détiennent le plus de sagesse, ceux qu'on va voir pour des conseils ou se faire soigner de très petites blessures grâce à ses prédispositions pour la Magie de l'Ether. Les Grands Chamans ne peuvent pas se marier car leur vie est dédié à l'harmonie du clan et les traditions partent du principe qu'une femme ou un mari pénaliserait l'attention du Grand Chaman pour son clan. Cependant il peut avoir des enfants mais il doit garder en tête qu'il ne pourra pas toujours s'en occuper car il est souvent amené à voyager, s'occuper des autres, etc.

• Les élèves chamans sont choisis par les âmes des ancêtres de leur clan. C'est donc le Grand Chaman après consultation des anciens par la Magie de l'Ether qui désigne ses Chamans. Ils sont choisis pour leur sagesse d'esprit et leur prédispositions avec la Magie.

Se saluer, tout un art

• Les différentes manières de saluer chez chaque tribu :
- Air : Baisser légèrement la tête.
- Eau : Accolade, grand signe de respect.
- Terre : Poigne de main.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neidrilh.forumactif.com

Les Métamorphes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Neïdrilh ::  :: Les Manuscrits :: Le Livre du Jeu :: Les Races-