Les Terres de Neïdrilh
Bonjour à toi, ô nouvel arrivant ! Tu viens d'arriver sur les Terres de Neïdrilh, un monde où se mêlent créatures fantastiques et terrifiantes, une certaine magie et des paysages fascinants... Ambiance conviviale et nouvelle intrigue lancée, n'hésitez pas à venir faire connaissance et à vous lancer dans cette aventure extraordinaire.
Bienvenue et bon jeu parmi nous !



 

Partagez|

Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Parchemin d'identité
Race: Métamorphe terrestre
Profession: Chef


MessageSujet: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon] Lun 22 Oct - 9:44

Le chef de Câmrân, assis dans un fauteuil confortable et onéreux, tapait du pied sur le sol de marbre rose et nervuré d'ocre, la tête tenant entre ses mains en forme de coupe, le regard fixé vers le mur richement décoré. Quelques rayons perçaient entre les deux pans du rideau, inondant qu'à moitié la salle de séjour d'une lumière dorée d'une aube promettant une belle journée. L'origine de sa nervosité était l'impatience, il attendait le Général Bârhateôn de son armée pour faire le point sur quelques problèmes et projets. Principalement sur le nouveau moyen d'envoyer des marchandises diverses, les Aéronefs, qui présentaient deux soucis majeurs. Le premier étant que les métamorphes terrestres, comme leur nom l'indiquent, ne sont pas les plus adaptés au fait de voler ni très friands des envols, il y a donc de la difficulté à trouver des volontaires pour devenir pilotes... La seule solution envisageable eéant d'augmenter les salaires et appâter avec d'autres avantages sociaux, Gïlh'Or voulait donc l'annoncer à Bârhateôn qui pourrait mettre tout cela en place, mettre les annonces à ce sujet un peu partout dans la ville et gérer les embauches. Le deuxième souci était de taille ; il arrivait que, lorsque une Aronef portant le sigle du clan de Câmrân survole trop près des montagnes du Nord où se situait le village du clan ennemi, elle se fasse attaquer par des métamorphes aériens. Gilh'Or ne savait pas si cela découlait d'un ordre donné par le chef Hutan Esfandyar ou si c'était une initiative d'un groupe isolé, mais il arrivait que des marchandises soient perdues, ainsi que des pilotes, des marchands, et du coup, de l'argent. Malheureusement, il serait difficile de prendre une autre trajectoire ; les voies aériennes pour les Aéronefs d'Atarnelis et d'Idiamanth avaient été soigneusement choisies et délimitées au préalable pour éviter tout risque de collisions puisque la création d'Aéronefs prenaient une ampleur et une vitesse considérables. Il fallait donc doubler voire tripler la sécurité sur ces Aéronefs, en y mettant des arbalétriers et des archers habiles.

Exaspéré par ces deux problèmes qui ralentissaient la progression économique que Gilh'Or désirait pour son clan, le léger retard de son Général n'arrangeait rien. Il se leva, tira sur une corde vivement, le visage ronchon, et aussitôt un serviteur pénétra dans la pièce. Avec un sourire respectueux, il quémanda ce qu'il souhaitait et c'est d'une voix caverneuse que Gilh'Or demanda un thé à la menthe avec deux verres et des biscuits a la noix de coco, ainsi que sa pipe. Promptement, le serviteur se retira. Il revint rapidement avec la pipe et une boîte en bois d'olivier rempli de bon tabac parfumé et repartit à nouveau pour préparer le thé. En attendant, Gilh'Or bourra l'outil en bois avec un bâtonnet, frotta les deux bouts de silex incrustés dans deux petits étuis de cuir rattachés par une ficelle en crin laineux de Pusnar, provoquant une étincelle qui enflamma le mélange. Le chef tira plusieurs bouffées qu'il inspira avec plaisir. Quelques inspirations plus tard, enfumant l’atmosphère d'une odeur forte dont ses vêtements étaient constamment incrustés, on toqua a la porte.


« Entrez ! » fit Gilh'Or, devinant que ce fut le Général, enfin.










-------------------------------------


Invité, vous êtes sur mes terres...
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Parchemin d'identité
Race: Métamorphe terrestre
Profession: Général de l'Armée Terrestre


MessageSujet: Re: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon] Jeu 25 Oct - 17:52

D’un coup latéral, sa tête sauta et roula sur le sol. Je me retourna vivement pour transpercer par une estocade celui qui se trouvait juste derrière, ma lame passant a travers lui comme un couteau dans du beurre fondu. Il y en avait encore deux autres qui m’encerclaient. Je mis un coup de pied à l’un, en m’appuyant sur ma lame toujours fichée à travers le deuxième, et dans le même élan, reprenant appui sur le torse du troisième avec mon coup de pied, je passa par-dessus ma lame pour atterrir sur la tête du quatrième qui lui, arrivait par la droite, et qui se brisa net sous le coup. Puis arrachant mon épée d’un coup latéral (tranchant par la même occasion la moitié du ventre du deuxième je décapitai aussi le troisième pour finir le combo en enfonçant jusqu’à la garde mon épée dans le cœur du quatrième.

30 secondes tout au plus, et ces quatre mannequins de bois n’étaient déjà plus réduit à l’état de copeaux bon pour allumer le feu se soir. Derrière moi retentit alors un applaudissement. Je me retournai alors que quelques gouttes de sueur perlaient sur mon front. Et je fus face à mon vieil ami Gaëren avec qui je m’étais entraîné tant et tant de fois (sous la tutelle du maître d’arme de l’époque) quand j’étais très jeune. Gaëren avait probablement déjà le double de mon âge, et même si sa technique de combat frôlait la perfection, c’était lui qui m’avait laissé prendre le poste de Commandant de l’Armée à sa place, préférant lui-même resté un lieutenant. Son argument, qui avait beaucoup pesé, était qu’il fallait laisser se poste à quelqu’un de jeune et de suffisamment doué pour tenir se poste d’une main ferme pendant la trentaine d’années à venir. Gaëren avait aussi avancé qu’il mourrait trop tôt s’il prenait se poste, et qu’il n’avait pas envie, si près du trépas, de se voir confier tant de tâche importante. Mais malgré tout cela, il n’arrivait pas à voir en moi l’homme mature que j’étais devenu, et il me prenait encore souvent pour le jeune enfant qu’il aidait à entraîner, avec beaucoup de discrétion à causes des parents. Et souvent, il me donne encore des conseils très simples, qu’il donne toujours à ces débutants, mais cela m’est très utile, car une fois haut gradé, on a souvent tendance à oublier tout ces trucs qui font de nous de meilleurs soldats.

« Pas mal Âegon ! Je me rappelle encore l’époque où tu savais à peine donner un coup en diagonale ! Mais dis moi quelque chose, tu n’avais pas rendez-vous avec Gïlh’Or cette après-midi ? »

Rendez-vous avec … Merde ! Le Roi ! Oh putain, il faut vraiment que je sois en retard pour un meeting important avec le Roi ? Dire que j’ai commencé à fracturé des mannequins pour me mettre en forme, et après en avoir défoncé peut être le quart de la réserve de la caserne, Gaëren mais fait gentiment signaler que je suis déjà assez en retard. En prenant tout de même le temps de remercier mon vieux maître et de m’excusez en près de lui, je me hâte vers le palais, où Gilh’Or m’attend déjà probablement en étant furax. Sans même vraiment me changer, je replace mon épée dans mon dos et me met à courir. J’arrive à l’entrée un peu en sueur et les gardes me reconnaissant tout de suite me laissent passer sans problème. Je me dirige vers la salle où notre monarque doit s’impatienter de ma venue. En arrivent devant les portes, je prends trois secondes le temps de me remettre convenablement et d’enlever des bouts de bois trainant encore sur ma tenue de combattant. Puis je toque. Puis après avoir entendu la réponse de la voix grave du Roi, j’entre. L’air saturé en fumée dans la pièce me fait tout de suite avec une mine de rancœur, ne supportant pas cette odeur. Puis je m’avance à pas lourds jusque devant le Roi. Je fais une courbette pour le saluer avec respect et prend place. Me confondre en excuse précipitée avec Gilh’Or pour mon retard, ca ne marche pas, et ne ferait surement que l’énerver encore plus. Du moins je le pense. Donc je préfère m’installer calmement face à lui. Et ensuite parler de manière calme et rationnelle, comme le ferait un commandant digne.

« Monsieur. Veuillez m’excusez pour ces minutes de retard. La faute en incombe à mon entraînement. Mais ne perdons pas de temps avec tout cela, je pense que nous avons des sujets bien plus important à gérer qu’un banal retard. Comment allons-nous procéder lors de cet entretien ? »

-------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Parchemin d'identité
Race: Métamorphe terrestre
Profession: Chef


MessageSujet: Re: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon] Lun 29 Oct - 23:23

Voyant le Général entrer et s'avancer vers lui, par simple courtoisie, Gïlh'Or se leva doucement de son siège. Avec une lenteur comparée à la vivacité d'Âegon Bârhateôn, il voulut l'inviter d'une parole à s'asseoir : « Veuillez prendre un siè... » mais Âegon avait déjà posé son important postérieur sur un fauteuil en face du sien. Il haussa les muscles orbiculaires en un frémissement imperceptible, ou presque, tout en regardant le Chef de l'Armée, puis se mit à faire les cent pas à la gauche de celui-ci. Il tentait vainement de marcher lentement, pour se donner un air dégagé et l'impression d'une quiétude inexistante, mais la raideur de ses mouvements et ses mains se tiraillant mutuellement avec frénésie dans son dos prouvaient totalement l'inverse. Il se racla la gorge, une fois, deux fois, avant de répondre dans un soupir :

« Je voudrais tout d'abord émettre ce qui pose de réels soucis. Commençons par le commencement... »

Avec cette rigidité qui tenaillait sa musculature au complet, il retourna s'asseoir sur le même fauteuil qu'initialement. Il joignit ses paumes et entrecroisa ses doigts, puis posa son regard foncé dans celui d'Âegon.

« Comme tu as du t'en rendre compte toi-même, nous avons les fonds nécessaires pour avoir nos propres Aéronefs marchands, ceci dit, on ne peut décrire le peuple comme empressé de diriger ces engins. Nous ne sommes pas faits pour le ciel, je suis moi-même peu à mon aise sur un Aéronef... Nous n'avons en tout que deux pilotes volontaires. S'ajoute à ce problème les attaques répétées d'un petit groupe de ces stupides volatiles du clan Seosaph ! En plus du malaise naturel d'être loin du plancher des vaches, nos hommes craignent ces agressions. Je ne sais pas si cela vient d'un ordre de Hutan Esfandyar... Mais j'aimerais le savoir. Cela permettrait de résoudre ce problème à sa source. Je souhaiterais que tu t'en charges. »

Gïlh'Or eut un vague sourire et délia ses doigts pour poser lentement ses avant-bras sur les accoudoirs. Il recula au fond du siège et essaya de se détendre en roulant des épaules. Ses yeux, à présent mi-clos, ne quittait pas le visage de son Général.

« Envoie une troupe vers les montagnes, discrètement, et une autre d'archers et d'arbalétriers sur ces Aéronefs. Je veux que la sécurité soit considérablement augmentée pour nos marchands et pilotes. Ceci les mettrait plus en confiance, bien évidemment. D'autre part, si tu peux personnellement t'occuper pour enrôler d'autres volontaires pour être pilotes, chez les marins, ce serait bien... Rehausse le montant de la récompense à chaque inscription, la moitié du prix avant, l'autre par après qu'il aie au moins conduit lors d'un voyage. »

A ce moment-là, le serviteur de tout à l'heure revint, un plateau chargé de biscuits et d'une théière avec deux tasses en verre. Il déposa les mets et l'infusion sur la table, servit le thé dans les deux récipients et se retira après une légère révérence. Gïlh'Or prit sa tasse ainsi que deux biscuits qu'il fourra prestement dans sa bouche. Un murmure satisfait se fit entendre aussitôt et un sourire ravi détendit son visage.

« Sers-toi, ils sont délicieux ! » lui dit Gïlh'Or avec entrain.

-------------------------------------


Invité, vous êtes sur mes terres...
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Parchemin d'identité
Race: Métamorphe terrestre
Profession: Général de l'Armée Terrestre


MessageSujet: Re: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon] Dim 11 Nov - 13:51

J’étais encore dans ma nervosité de l’entrainement. Etant donné que pour combattre il faut savoir se mettre dans un certain état d’esprit lier à l’angoisse à la nervosité, qu’il faut avoir beaucoup de réflexes et surtout être assez rapide et agile, lorsque l’on sort de là en courant pour éviter d’être trop en retard à un rendez-vous hyper important, on a pas le temps de se calmer. Habituellement, après un entrainement comme celui que je viens de faire (même si je ne l’avais terminé car il me restait une dizaine de mannequin à briser), je fais au moins une demi-heure d’étirements et de relaxations. Je que je ne peux décemment pas faire lors d’une discussion stratégique avec le Chef du clan. Cette situation était vraiment dans un décalage complet, étant donné que Gilh’Or semblait très très calme en parlant et en se mouvant. Ce qui, évidemment, me rendait encore plus nerveux !

J’essayais de rester statique pendant qu’il m’expliquait tout ce qu’il prévoyait pour la suite concernant les Aéronefs et le clan Seosaph, dont on subissait parfois quelques attaques (de la part d’un petit groupe). Ces petits raids étaient-ils orchestrés par le chef du clan des piafs, Hutan Esfandyar, où bien ne sont-ils que le résultat d’une petite troupe rebelle que ce même chef n’a pas pu contenir ? Pour moi, dans cette équation la seule résultante X c’est qu’il va falloir mater des oiseaux. Outre ce problème que je vais devoir régler en emmenant un petit groupe de soldats à travers les montagnes, Gilh’Or m’expose également les soucis que peuvent poser les Aéronefs. Sur le fait que nous ne sommes pas du tout adapté au nous soulever du sol, je suis absolument d’accord avec lui. Moi aussi j’ai ma petite angoisse quand on quitte ce lien avec notre terre. Mais je trouve qu’il nous est nécessaire d’avoir ce progrès technologique de notre côté, ne serait-ce que pour un avantage fasse au clan des moineaux. Car même si une guerre n’a pas éclater. On peut sentir dans l’air une tension qui annonce que quelque chose va bientôt ce produire et qui conduira inévitablement à un nouveau bain de sang sur le continent entier.

« Concernant les aéronefs, je suis tout à fait conscient de l’angoisse que cela peut engendrer dans notre clan. Ceci dit, mis à part nos pilotes volontaires, je pense qu’il pourrait être judicieux d’engager également des pilotes professionnels humains venant d’Ixbët. Si je me souviens, ils peuvent en fournir étant donné que, que ce soit nous ou d’autres races et clans, nous n’avons jamais eu de formation pour piloter ce genre d’engins. Donc nous n’avons pas de soucis à nous faire du côté technique de la chose. Et puis, du côté financier, s’il faut rallonger je peux aisément emprunter dans les caisses familiales. »

Gilh’Or s’était maintenant rassis calmement, et arrêtant par la même occasion de faire ces cents pas. Moi, je ne pouvais m’empêcher de battre de la jambe, pour essayer de faire sortir au maximum mon surplus d’énergie. Je parlais d’une manière relativement rapide comparé au débit du Chef.

« Maintenant concernant cette expédition dans les montagnes des Seosaph, j’espère que les hommes se souviennent de leurs devoirs et de leurs serment envers la protection du clan, que je doute que beaucoup sois très enthousiastes à l’idée de voyager à bord des aéronefs. Mais bon, ce n’est qu’un petit détail d’ordres. Quand à moi, devrais-je diriger l’expédition vers les montagnes ? »

J’avais beau être le général de l’armée désormais, je préférais toujours demander l’avis du Chef. A ce moment là, un serviteur entra, portant sur un plateau sur lequel reposait une théière, deux tasses et des biscuits. Ce serviteur remplit les deux tasses du liquide fumant dans toute la pièce, l’odeur se mélangeant à celle de la pipe que Gilh’Or fumait lorsque j’étais entré dans la pièce. Drôle de mélange. Puis ce serviteur se retira, me laissant à nouveau seul face à Gilh’Or, qui se dépêcha de s’emplir la bouche avec deux biscuits en même temps. Le Chef sourit tendis qu’il mâchait ses biscuits. Puis il me pria de me servir. Ce que je fis en prenant la tasse brulante par la anse, puis en la portant légèrement à ma bouche afin de prendre quelques millilitres de cette boisson dont j’ai la sainte horreur. Même ces quelques goutes d’eau chaude légèrement aromatiser me brulèrent la gorge. Mais malgré le fait que je détestais ça, je ne le laissais pas paraître (mais je ne comptais pas retoucher à cette tasse de sitôt, la seule petite gorgée que j’ai pris à l’instant n’était qu’une simple politesse). Puis je pris également un biscuit que je trouvai par contre délicieux !

-------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Parchemin d'identité
Race: Métamorphe terrestre
Profession: Chef


MessageSujet: Re: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon] Mar 20 Nov - 15:08

Recruter des pilotes humains ? Comment se fait-il qu'il n'y aie pas pensé ! C'est vrai que Gïlh'Or avait tendance à être assez fermé, excepté pour le commerce, mais ce cher Général venait d'émettre une option tout à fait possible. Avec un grand sourire satisfait à son adresse, Gïlh'Or hocha la tête en signe affirmatif.

« Je t'avoue ne pas avoir eu cette idée de moi-même mais que je la trouve tout à fait judicieuse. Je ne sais pas si des humains accepteraient de venir travailler parmi nous, mais nous pouvons très bien tenter l'expérience. J'ai un peu peur de mélanger notre race trop étroitement avec celle des hommes, mais essayons... Espérons qu'ils ne soient pas plus séduisants que nous et que nos belles ne tombent pas dans leurs bras ! »

Sur ces mots, il rit, d'un rire tonitruant digne de sa nature d'ours.

« J'enverrais une missive au Roi dès demain matin pour lui proposer qu'on vienne recruter à Atarnelis. Je ne pense pas que ta présence soit nécessaire, surtout que, oui, je préfèrerais te voir diriger les troupes allant dans les montagnes. Je te fais plus confiance qu'en n'importe quel commandant ou lieutenant pour cette mission... Puis, avec ton pied agile de cerf, tu ne devrais pas avoir de mal à te mouvoir en terrain rocailleux. » Gïlh'Or lui fit un petit clin d'oeil. « Je te laisse également le soin de choisir tes hommes. Tu es mieux placé que moi pour décider de ceux qui sauront se montrer vraiment efficaces. »

Gïlh'Or se leva lentement, s'étira. Par la fenêtre, on pouvait voir le soleil décliner lentement mais sûrement dans le ciel. Bientôt, par sa position, la pièce se remplirait d'une agréable couleur dorée. Ensuite, le crépuscule ferait sa place sur Idiamanth et prépara son peuple au sommeil, ou à la fête sous des flots d'alcools et de chants. Gïlh'Or appréciait le mois de Malamaurea ; l'été était fini, mais les chaleurs perduraient encore la journée tandis que les soirées se rafraîchissaient agréablement. Les femmes sortaient leurs pèlerines légères et leurs longues robes aux couleurs chaudes, leur donnant des courbes voluptueuses. Les enfants, quoique de retour à l'école, s'égayaient encore le soir pendant une heure ou deux et enveloppaient les nombreuses ruelles de leurs rires. Comme à cette heure précise. Gïlh'Or aimait son peuple, ce qui le rendait réellement soucieux de son bonheur. Il ne se déambulait jamais avec une richesse apparente sur lui ; pour un étranger à la ville, il apparaissait comme un homme aisé mais pas spécialement riche. Certains appréciaient cela, mais quelques mauvaises langues semblaient désirer un chef plus démonstratif de la richesse de leur clan... A cela, Gïlh'Or n'y répondait pas ; il avait des valeurs qui ne demandaient aucune justification.

Reportant son attention sur son Général, il décida d'en finir avec les directives officielles et pompeuses et, comme s'il parlait à un ami - mais n'était-ce pas un peu le cas ? - il lui demanda :


« Comment vas-tu, sinon ? L'entraînement s'est-il bien passé aujourd'hui ? »

-------------------------------------


Invité, vous êtes sur mes terres...
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Parchemin d'identité
Race: Métamorphe terrestre
Profession: Général de l'Armée Terrestre


MessageSujet: Re: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon] Sam 1 Déc - 14:23

Grand soulagement pour moi ! Mon idée de recruter des pilotes humains était une bonne idée, que Gilh’Or semblait apprécier ! C’est déjà ça, au moins, ça élimine le trac que j’avais de ne pas être à la hauteur au niveau stratégique en tant que Général de l’Armée du clan. Il est clair que niveau combat je suis l’un des hommes les plus compétent et des mieux formés de toute la cité, et sûrement de celle des hommes aussi ! L’entraînement que je suis depuis ma plus tendre enfance a toujours été des plus poussé, ne cessant jamais de m’améliorer. J’ai d’abord commencé par apprendre deux disciplines principales : l’art de l’escrime, et l’art martial à main nue. Pour ce qui est du maniement de l’épée, les mouvements et la posture de la main sont venus tout seul, comme si c’était inné et que j’étais destiné à tenir une épée ! Les arts martiaux m’ont demandé beaucoup plus de travail. Il faut savoir coordonné son esprit avec son corps, savoir faire le vide, ressentir tout ce qu’il se passe au tour de soi sans bouger un cil (et les yeux fermés). Tout ce qui est paix de soi, maîtrise de son corps et autre truc complètement chiant et passif, on été très difficile à apprivoiser. Cela m’a pris plus de deux ans avant de savoir enfin parfaitement éliminer tout stress de moi et seulement là j’ai commencé à apprendre des enchaînements de mouvements mêlant bras et jambes avec des coups directs mais souples. Apprendre à manier son propre corps à été beaucoup plus difficile et éprouvant que d’apprendre à manier une arme. C’est d’ailleurs ce qui me différencie de beaucoup de soldats, car très peu se sont lancer dans cette formation qui de un : est très dure et sans pitié, et de deux : très chiante au début (puisqu’on n’apprend même pas à combattre mais à ne rien faire pendant deux ans). Depuis le temps que je m’entraîne, j’ai désormais un danse de combat extrêmement rigoureuse mais que je réussi à chaque fois parfaitement. Après c’est clair que sur le terrain, c’est tout autre chose, puisqu’il faut tout mélanger et répondre à chaque fois à une situation différente, mais chaque mouvement de bras ou d’épée est imprimer dans esprit, et il suffit de le « sortir de son tiroir » afin de pouvoir l’effectuer parfaitement.

Gilh’Or avait donc l’air assez satisfait par mon idée de recruter des pilotes humains, même si cela présentait quelques désavantages (sur lesquels j’étais effectivement d’accord avec lui). Je ris aussi de bon cœur sur sa blague de fin de phrase, sur des humains séduisant (ce qui me paraissait assez absurde).

« Allons, nous savons très bien que ce qui nous donne un avantage de séduction sur les humains, c’est notre côté bestial, dont les femmes raffoles, même les humaines ! Il faudrait surtout faire attention à ce que les humaines que nous engagerons ne soient pas assez séduisante pour distraire nos hommes, et peut être moi le premier ! »

Phrase sur laquelle je rajoutais une autre couche de rire. Après cela Gilh’Or m’expliqua que je devrais moi-même mener l’expédition dans les montagnes de nos cousins volatiles et que j’aurais également le soin de choisir mes hommes pour cette expédition. Ce qui est très bien ! Sur toute cette affirmation de mission, je me contentai d’hocher la tête, en signe d’assentiment. Je repiquai un biscuit dans l’assiette, que je mangeai, mais je ne touchai nullement au thé toujours fumant devant moi. Puis pour détendre cette atmosphère pompeuse de discussions importantes, Gilh’Or me demanda comment s’était passé mon entrainement ce matin. Question à laquelle je m’attendais, puisque mes vêtements était toujours les même que ceux pendant l’entrainement et que je devais encore avoir de la poussière et des copeaux de bois dessus.

« Oh, très bien, comme d’habitude. La trésorerie va juste devoir racheter tout un stock de mannequins en bois car la réserve diminue fortement ! Tu m’en vois désolé ! »

Sauf que j’avais un grand sourire, que Gilh’Or pouvait comprendre, ce n’était pas notre cité qui manquait de fond, et les mannequins ne coutaient vraiment pas cher.

« En fait j’étais tellement concentrer dans cet entraînement que j’ai failli oublier notre réunion, c’est d’ailleurs pour cela que je suis arrivé en retard, la pareil, tu m’en vois désoler. Et toi, tu trouves encore le temps de t’entraîner un petit peu malgré la paperasse quotidienne qui doit t’échoir chaque jour ? »

-------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Parchemin d'identité
Race: Métamorphe terrestre
Profession: Chef


MessageSujet: Re: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon] Mar 18 Déc - 18:53

C'était sur une note d'humour et une certaine complicité que le passage de la conversation la plus sérieuse se termina. Bien vite, Gïlh'Or avait lancé un sujet plus agréable, quoique très banal ; se soucier de son bien-être, en quelque sorte. Cela lui semblait normal de demander au Général si tout se passait bien, même en dehors de ses devoirs que son rôle lui attitrait. Il n'aimait pas spécialement se conduire essentiellement comme un chef. N'ayant ni femme ni enfants, et peu d'amis vivant à Idiamanth ou pouvant venir le voir assez souvent pour rendre son quotidien plus doux à vivre, peut-être qu'entretenir une relation plus amicale que professionnelle lui ferait du bien. Âegon ne devait pas manquer d'amis et de fêtes, même s'il semblait assez sérieux avec ses nombreux entraînements et ses missions fréquentes, mais au moins, le soir, il pouvait choisir de dormir ou non. Gïlh'Or, lui, était confronté jour après jour à divers problèmes, du domaine social à l'environnement, au commerce ou encore plein d'autres sujets tout aussi différents les uns que les autres... Cela lui prenait un temps incroyable, entre les missives, les documents, les connaissances à acquérir, les réponses à écrire, et les personnes à recevoir parfois lorsque celles-ci venaient jusqu'à sa demeure. En gros, se permettre une gueule de bois lui était quasiment impossible. Il ne se voyait pas évaluer des missives officielles ou d'accepter une réunion improviste la tête dans le brouillard et le cerveau embué. Non, il devait être lucide. Mais un jour, il lui semblait presque sûr qu'il craquerait... Qu'il se prendrait des vacances. Le jour où son fils Richard serait capable de le remplacer quelques temps. Bientôt, il espérait.

A la réponse d'Âegon, Gïlh'Or rit jaune. Il était clair qu'on ne le voyait pas souvent au terrain d'entraînement parmi les autres soldats. A part un peu de tir à l'arc, il ne faisait plus grand-chose... Dans un soupir, secouant la tête en signe de négation, il haussa les épaules et dit :


« Pas trop, non... Je devrais prendre du temps pour moi, mais je suis comme ça : je veux vraiment être au service de Câmrân. Mais je crois que je m'oublie un peu trop ces temps-ci. »

Le chef sourit doucement, malicieux.

« Peut-être que je devrais m'y remettre. Tout en douceur, bien sûr. Serais-tu partant ? »




(désolée du retard et aussi je fais des post courts en ce moment, j'ai un clavier qui bloque blindé, ça me donne pas envie d'écrire beaucoup...)

-------------------------------------


Invité, vous êtes sur mes terres...
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Parchemin d'identité
Race: Métamorphe terrestre
Profession: Général de l'Armée Terrestre


MessageSujet: Re: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon] Dim 13 Jan - 15:09

Oulà, un entrainement avec Gilh’Or … Est-ce bel et bien une bonne idée ? Non pas que j’ai peur, loin de là, le jour où j’aurais peur d’un adversaire (qu’il soit 25x plus gros et plus fort ou 25x plus rapides et agile) n’est pas encore venu ! Non ici le problème c’est le rang de l’adversaire, devrais-je me comporter comme s’il n’était qu’un simple adversaire de plus où dois-je … Non, je devrais le considérer comme un adversaire de plus. Et puis après ca ne sera pas non plus forcément un duel, mais juste un entrainement, il n’y a aucun enjeu. Et puis moi je suis déjà chauffer grâce à mon entrainement de ce matin.

« Evidemment que je suis partant ! Je suis toujours prêt pour un peu plus d’entrainement ! »

J’étais encore tout couvert de poussière sur les épaules, et ne touchant pas au thé qui ne fumait plus (mais en prenant tout de même l’un des derniers biscuits) devant moi, je me levai doucement de mon siège, en même temps que Gilh’Or. J’époussetai encore un peu ma tenue qui est toujours celle de combat. Puis attendit que Gilh’Or prenne les devants. Il avait quand même l’air vachement fatigué quand on le regarde bien. Et pourtant il manquerait d’entrainement. Ca doit quand même être un sacré boulot de toute une cité tel qu’Idiamanth.

Surtout que grâce à ma présence, il est un peu alléger de la direction militaire de la cité (même s’il faut toujours demander son autorisation et son conseil pour une action où l’autre, il semble me faire confiance et me laisser parfois un peu diriger ce compartiment seul). Mais lui je suppose qu’il doit aussi diriger tout ce qui relève de l’économique, du politique, de la diplomatie avec d’autre peuple, et toutes ces choses barbantes dont il doit souvent discuter de manière tout aussi barbante avec ses ministres. N’empêche que grâce à lui et son travail, Idiamanth est une magnifique cité pleine de vie. Gilh’Or est un bon chef de clan, il n’y a pas à dire, et on n’en retrouvera pas un comme lui de sitôt.

En sortant de la salle côte à côte vers la caserne et le terrain d’entrainement, nous continuâmes à discuter de broutilles, alors que les bourgeois du château regardaient passé leur monarque et le général.

« Et donc, depuis combien de temps plus ou moins n’as-tu plus tenu une épée ? Je ne remets pas du tout ton entrainement en doute, mais j’ai un mauvais pressentiment pour les mois et années à venir, surtout avec nos moineaux de cousins. Quelque chose va bientôt se passer. On va devoir renforcer l’armée un grand coup et redoubler d’effort dans les entrainements, surtout ceux des nouvelles recrues. Bientôt, nous allons devoir nous battre, du moins je le pense, car il n’y a pas que les oiseaux qui s’agitent, j’ai remarqué des mouvements inhabituel au niveau de brigands. »

Bon ok, ca aurait normalement du être des trucs à dire pendant la réunion mais ... Enfin voilà quoi.

-------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Parchemin d'identité
Race: Métamorphe terrestre
Profession: Chef


MessageSujet: Re: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon] Ven 18 Jan - 18:58

Gïlh'Or écouta les dires de son Général, tandis que leurs pas cadencés les amenaient à la caserne non loin. A ces mots, ses sourcils se froncèrent, mais il ne cessa de regarder devant lui. Sa voix gronda dans sa gorge, signe qu'il n'était pas ravi de ce genre de nouvelles. Quand est-ce que les choses iraient définitivement mieux et quand pourrait-il réellement se reposer ? Heureusement, la nuit avait été apaisante cette fois-ci, même si ses cernes perduraient sous ses yeux couleur de pluie, et il n'était pas d'humeur assez massacrante pour déclencher une tempête au fond de lui. Tout juste agacé par ce qu'il venait d'apprendre, à la fois car c'était un véritable souci à résoudre au plus vite, mais aussi parce qu'il se rendait compte à quel point, sans ses sous-fifres, il était aveugle au reste de monde en-dehors d'Idiamanth et, vite fait, d'Atarnelis avec laquelle il gardait une liaison dans l'unique but de commercer. Il n'en voulut pourtant pas à Aêgon, bien au contraire, et hocha la tête vivement à chacune de ses phrases. La mine renfrognée, il inspira profondément pour donner son avis :

« Les rancunes animent encore nos clans, mais je doute tout de même qu'une nouvelle guerre se déclare. Pas si facilement. Pour l'instant, leurs faits et gestes ne sont que des nuisances qu'il nous faut éradiquer sans en faire plus. Ne répliquons pas pour l'instant. Augmente les sentinelles par prudence, et, oui, l'entraînement peut prendre une autre ampleur dans la mesure où ils pourraient attaquer. Mais ne te soucie donc pas trop. Il y a bien longtemps qu'aucune bataille n'aie vraiment éclaté entre Seosaph et Câmrân et je reste assez optimisme à ce sujet. »

Pour soutenir ses propos, il afficha un sourire rassurant et donna une poigne puissante sur l'épaule musclée d'Âegon.

« De mon côté, j'ai aussi des nouvelles à t'annoncer. Te souviens-tu de l'étranger qui a atterri dans notre prison quelques temps ? Bien sûr que tu t'en souviens... Comment oublier cet homme si singulier, si différent de nous... Il se nomme Arl Nonja. Je l'ai invité, tout simplement, à me confier la position de son clan, de sa ville, ou que sais-je. Je pense que, comme moi, tu te dirais qu'il se trouve dans un lieu reculé de nos terres. Dans les montagnes d'Hoölost, ou une seconde cité souterraine comme Xerber... Mais non. Sais-tu ce quel endroit m'a-t-il montré sur la carte que je lui ai tendu ? » Un rire jaune s'échappa de sa gorge. Face au silence interrogatif de son Général, il répondit dans un grand éclat de voix : « Il m'a montré la mer ! Un lieu hors de la carte ! A le croire, il a survécu à la fureur de l'océan que tu sais aussi bien que moi mortelle. J'ai cru à la moquerie pure et simple. Toutefois... Le lendemain, suite à une longue réflexion, j'ai pensé aux aéronefs... A la possibilité, vu la paix actuelle, d'embarquer les autres races dans cette drôle d'exploration... Cet Arl Nonja peut nous aider aussi à trouver son pays. Me penses-tu fou ? »

A cette question, ils s'engouffrèrent à l'intérieur des hauts remparts de pierre qui délimitaient la caserne. Tel un château-fort, l'enceinte retentissait du choc des armes, de l'odeur de la sueur, de la poussière et même d'un peu de sang. A ces simples effluves bestiales, les muscles engourdis de Gïlh'Or se crispèrent. Il lui faudrait s'échauffer avant de s'emballer. Il eut un sourire qu'on n'avait plus vu depuis longtemps sur son visage ; celui du guerrier, qui aimait en être un, tout simplement. Ils continuèrent de s'avancer vers le terrain d'entraînement où les soldats le saluèrent, les uns ravis de le revoir, d'autres surpris car, tellement jeunes, qu'ils ne le voyaient pour la première fois en ce lieu.

-------------------------------------


Invité, vous êtes sur mes terres...
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon]

Revenir en haut Aller en bas

Convocation officielle autour d'une tasse de thé à la menthe. [Âegon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Discussion autour d'une tasse de café (PV : Akira, Lop)
» un gros ronron autour d'une tasse?
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Regarde autour de toi, les arbres sont en fleurs
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Neïdrilh ::  :: Plaine Maorh :: Cité d'Idiamanth :: Le Palais & la Caserne-